Améliorez les performances et sauvegardez les disques SSD et nVME grâce à l'utilisation de la RAM - 🏆 Managed Server

BLOG

3 juin 2023

Améliorez les performances et sécurisez les disques SSD et nVME grâce à l'utilisation de la RAM

Tirez parti de la puissance de la RAM pour optimiser les performances et la longévité des disques SSD et nVME grâce à des bonnes pratiques utiles.

Le besoin de vitesse et de résilience dans le monde des serveurs

À une époque où la technologie imprègne tous les aspects de la vie quotidienne et professionnelle, l'efficacité et la vitesse des serveurs sont devenues des questions d'une importance cruciale. Cela se reflète dans la demande croissante de requêtes MySQL ultra-rapides, de traitement de scripts en temps réel et d'accès instantané aux fichiers avec une latence minimale et un débit élevé. Chaque microseconde compte lorsqu'il s'agit de performances du serveur, les entreprises recherchant continuellement des moyens d'optimiser les temps de réponse et d'assurer un service irréprochable.

A côté de ce besoin de performance, il existe un besoin croissant de stockage de données. La quantité de données générées et consommées augmente régulièrement, à un rythme qui semble presque imparable. Avec un volume toujours croissant de requêtes simultanées, la charge de performance sur les disques durs augmente de façon exponentielle. Cet afflux incessant de demandes peut mettre à rude épreuve les disques durs alors qu'ils tentent de suivre le rythme sans compromettre la vitesse ou la sécurité des données.

Cependant, le grand nombre d'opérations de lecture au niveau du disque peut, avec le temps, conduire à une détérioration de leur bon fonctionnement. Cela pourrait devenir un point de faiblesse au sein de la résilience globale de l'infrastructure informatique, avec des impacts négatifs possibles sur la continuité des opérations commerciales.

Pour répondre à ces défis, l'industrie technologique a développé des solutions de pointe alliant rapidité et fiabilité. Parmi ceux-ci, un rôle de premier plan est joué par les mémoires à semi-conducteurs : disques SSD et disques nVME. Ces technologies représentent un saut qualitatif significatif par rapport aux disques durs traditionnels, promettant des vitesses d'accès aux données plus rapides et une plus grande résistance à l'usure. Pourtant, comme nous le verrons, même ces appareils avancés ont leurs limites et nécessitent une manipulation prudente pour tirer le meilleur parti de leur potentiel.

SSD et nVME : Un saut qualitatif avec des limites à ne pas sous-estimer

Les disques SSD (Solid State Drive) et nVME (Non-Volatile Memory Express) représentent un pas de géant dans la technologie de stockage de données par rapport aux disques durs traditionnels. Ces dispositifs de mémoire à semi-conducteurs ont révolutionné l'industrie informatique, apportant des performances exceptionnelles en termes de vitesse de lecture et d'écriture, de fiabilité et d'endurance.

Les SSD, en particulier, ont une structure totalement différente des disques durs mécaniques. Au lieu de s'appuyer sur des plateaux rotatifs et des têtes de lecture/écriture mécaniques, les SSD utilisent des cellules de mémoire à semi-conducteurs pour stocker les données. Cela élimine le décalage mécanique, augmentant considérablement les vitesses de lecture et d'écriture des données.

Encore plus avancés, les disques nVME tirent parti de l'interface PCIe (Peripheral Component Interconnect Express) pour se connecter directement au processeur de l'ordinateur. Cela contourne complètement l'interface SATA (Serial ATA) utilisée par les SSD et les disques durs traditionnels, permettant des vitesses de transfert de données encore plus rapides.

Malgré les avantages incontestables de ces disques SSD, il est important de rappeler qu'ils ne sont pas exempts de limitations. Comme tout périphérique de stockage, les SSD et les nVME ont également une limite physique sur le nombre de cycles de lecture et d'écriture qu'ils peuvent gérer. Cette limite est appelée TBW (Terabyte Written) et représente la quantité totale de données pouvant être écrites sur le disque avant que des problèmes de performances ou de fiabilité ne commencent à apparaître.

Par exemple, un lecteur nVME phare comme le Samsung 980 PRO offre une durée de vie estimée à 600 TBW. Cela signifie que, théoriquement, il pourrait écrire 600 téraoctets de données avant que sa fiabilité ne commence à décliner. Cela peut sembler énorme, et c'est effectivement le cas, mais dans un environnement de serveur à fort trafic où de gros volumes de données sont lus et écrits chaque jour, cette limite peut être atteinte plus rapidement qu'on ne le pense.

La RAM : Vitesse et performances à un niveau supérieur

En ce qui concerne la vitesse et les performances dans le monde des serveurs, un composant matériel qui apparaît comme un véritable changeur de jeu est la RAM (Random Access Memory). Cette forme de mémoire volatile joue un rôle crucial dans l'optimisation des performances du serveur, en augmentant les performances à des niveaux vraiment impressionnants, en particulier avec l'arrivée de la mémoire DDR4 et, plus récemment, de la mémoire DDR5.

Les mémoires DDR4 et DDR5 sont l'évolution de la précédente DDR3, offrant des vitesses de transfert de données nettement supérieures. Cela permet une bande passante plus élevée et donc une vitesse de traitement des données plus élevée. En termes de performances, ces types de RAM représentent actuellement le summum de la technologie de la mémoire.

Pour donner une idée de la différence de vitesse, considérons cette comparaison. Un lecteur nVME très rapide peut atteindre des vitesses de lecture/écriture allant jusqu'à 7000 5 Mo/s. En revanche, une mémoire DDR6400 peut atteindre une vitesse de 51.2MT/s (Mega Transfers per second). Cependant, cette valeur ne représente pas directement le taux de transfert de données comme c'est le cas avec nVME. En réalité, grâce à la structure interne de la RAM qui permet des transferts de données dans les deux sens simultanément, cette vitesse se traduit par une bande passante de XNUMX Go/s. Cela signifie que la DDR5 peut gérer près de sept fois le débit de données d'un disque nVME.

C'est donc ici que le potentiel de la RAM émerge. Mais comment exploiter cette vitesse incroyable pour améliorer les performances du serveur et, en même temps, réduire le nombre d'accès disque inutiles, préservant ainsi la longévité du SSD et du nVME ? La réponse réside dans l'utilisation de stratégies intelligentes et de techniques avancées, notamment l'utilisation d'options de montage telles que noatime et nodoratime et l'utilisation de tmpfs pour créer des "partitions" dans la RAM. Explorons ces sujets plus en détail.

Les options de montage noatime et nodoratime

Un système d'exploitation Linux bien configuré peut faire une grande différence dans l'amélioration des performances du serveur et la longévité des SSD et des nVME. Parmi les nombreuses techniques disponibles, l'utilisation de options de montage noatime et noderatime est une solution très efficace.

Ces deux attributs, noatime et nodoratime, peuvent être définis dans le système de fichiers Linux fstab. Le fichier fstab est un élément crucial du système d'exploitation, car il contient des informations sur la manière dont le système doit monter les partitions de disque. En modifiant les options de ce fichier, vous pouvez optimiser les performances du disque et réduire l'usure.

noatime knotiratime

L'option noatime est particulièrement utile. Lorsqu'il est activé, désactive la mise à jour automatique de l'heure du dernier accès à chaque lecture d'un fichier. Sur un système Linux par défaut, chaque fois qu'un fichier est lu, le système met à jour l'heure du dernier accès à ce fichier. Bien que dans certains contextes, ces informations puissent être utiles, dans de nombreux scénarios, comme un serveur Web, elles peuvent être superflues et entraîner un accès en écriture inutile au disque.

De même, l'option nodoratime désactive la mise à jour de l'heure du dernier accès aux répertoires. Là encore, cela réduit les accès en écriture inutiles, limitant ainsi l'usure du disque.

Dans un contexte de serveurs à fort volume d'accès aux fichiers, l'utilisation de ces deux options peut conduire à une amélioration significative des performances. En fait, la réduction du nombre d'écritures sur le disque libère une quantité importante de ressources système, qui peuvent ensuite être utilisées pour d'autres opérations. De plus, la réduction de l'usure des disques peut aider à prolonger la durée de vie des disques SSD et nVME, ce qui est également une solution rentable.

Utiliser tmpfs : Une astuce pour créer des "Partitions" dynamiques en RAM

Une autre stratégie efficace pour optimiser les performances des serveurs et préserver la longévité des disques SSD et nVME est l'utilisation de tmpfs, une fonctionnalité particulière offerte par le noyau Linux. Tmpfs signifie "système de fichiers temporaire" et est une fonctionnalité puissante qui vous permet de créer un système de fichiers en mémoire volatile, c'est-à-dire en RAM, plutôt que sur le disque dur.

L'idée de base est simple mais révolutionnaire : au lieu d'écrire et de lire des données directement à partir du disque, une partie de la RAM est utilisée comme s'il s'agissait d'un disque. Ce système de fichiers RAM est appelé tmpfs et fonctionne exactement comme un système de fichiers normal, sauf que les données sont stockées dans la RAM plutôt que sur le disque dur. De cette façon, vous pouvez atteindre des vitesses de lecture et d'écriture bien supérieures à celles de n'importe quel disque dur, SSD ou nVME.

Tmpfs est extrêmement utile pour gérer des données qui changent fréquemment et qui sont temporaires. Par exemple, tmpfs peut être utilisé pour mettre en cache un serveur Web ou pour créer des tables temporaires dans MySQL. Dans ces situations, tmpfs peut fournir une accélération significative des opérations de lecture et d'écriture, contribuant ainsi à améliorer considérablement les performances du serveur.

De plus, l'utilisation de tmpfs réduit le nombre d'écritures sur le disque dur, ce qui contribue à préserver la longévité des SSD et des nVME. Ceci est particulièrement important dans les environnements à forte écriture, tels que les grandes bases de données ou les serveurs Web à fort trafic.

Prenons comme exemple la création d'un cache pour un NGINX WebServer. La création d'un point de montage dans tmpfs pour le cache NGINX peut améliorer considérablement les performances du serveur. Voici un exemple de la façon dont il pourrait être configuré :

# Ajoutez cette ligne à /etc/fstab tmpfs /var/cache/nginx tmpfs defaults,size=1G 0 0 # Montez le nouveau système de fichiers mount /var/cache/nginx

Dans cet exemple, un système de fichiers tmpfs de 1 Go est créé pour le cache NGINX. Ce cache réside entièrement dans la RAM, offrant des performances bien supérieures à celles d'un disque.

Conclusions

Dans le monde de la technologie, les performances des serveurs et la longévité des périphériques de stockage sont d'une importance primordiale. Le besoin de vitesse et de résilience continue de croître, et une utilisation judicieuse de la RAM peut faire la différence dans ces deux domaines. En utilisant au mieux les ressources de mémoire volatile, il est possible non seulement d'améliorer les performances du serveur, mais également de préserver l'intégrité et la durée de vie des disques SSD et nVME.

Les options de montage noatime et noderatime, d'une part, et l'utilisation de tmpfs, d'autre part, sont des outils efficaces à cet égard. Grâce à noatime et nodoratime, il est possible de réduire considérablement le nombre d'écritures inutiles sur les disques, limitant l'usure et libérant de précieuses ressources pour d'autres opérations. D'autre part, tmpfs permet de créer des "partitions" en RAM, permettant un accès aux données beaucoup plus rapide et plus fluide que celui proposé par n'importe quel disque dur, SSD ou nVME.

Cependant, il est crucial de souligner que l'utilisation de ces techniques nécessite une certaine habileté et une manipulation prudente. En effet, la mise en œuvre de ces solutions doit être adaptée aux besoins spécifiques de chaque système et doit tenir compte de l'équilibre entre les ressources disponibles et les besoins opérationnels.

Dans un monde de plus en plus exigeant et rapide, la possibilité de pouvoir compter sur des serveurs performants et des dispositifs de stockage longue durée est un atout inestimable. L'adoption de stratégies telles que l'utilisation de noatime, nodoratime et tmpfs représente un coup gagnant, qui peut conduire à des avantages significatifs à la fois en termes de performances et de conservation des périphériques de stockage.

En conclusion, la RAM est configurée non seulement comme un composant essentiel du système, mais aussi comme un allié précieux pour optimiser les performances et préserver la longévité des disques SSD et nVME. À mesure que la technologie progresse et que les exigences de performance augmentent, ces techniques offrent un soutien précieux pour relever les défis du présent et préparer ceux du futur.

Vous avez des doutes ? Vous ne savez pas par où commencer ? Contactez-nous !

Nous avons toutes les réponses à vos questions pour vous aider à faire le bon choix.

Discute avec nous

Discutez directement avec notre support avant-vente.

0256569681

Contactez-nous par téléphone pendant les heures de bureau 9h30 - 19h30

Contactez-nous en ligne

Ouvrez une demande directement dans l'espace contact.

INFORMATIONS

Managed Server Srl est un acteur italien leader dans la fourniture de solutions système GNU/Linux avancées orientées vers la haute performance. Avec un modèle d'abonnement peu coûteux et prévisible, nous garantissons que nos clients ont accès à des technologies avancées en matière d'hébergement, de serveurs dédiés et de services cloud. En plus de cela, nous proposons des conseils système sur les systèmes Linux et une maintenance spécialisée en SGBD, sécurité informatique, Cloud et bien plus encore. Nous nous distinguons par notre expertise dans l'hébergement de CMS Open Source de premier plan tels que WordPress, WooCommerce, Drupal, Prestashop, Joomla, OpenCart et Magento, soutenus par un service d'assistance et de conseil de haut niveau adapté aux administrations publiques, aux PME et à toutes tailles.

Red Hat, Inc. détient les droits de Red Hat®, RHEL®, RedHat Linux® et CentOS® ; AlmaLinux™ est une marque commerciale d'AlmaLinux OS Foundation ; Rocky Linux® est une marque déposée de la Rocky Linux Foundation ; SUSE® est une marque déposée de SUSE LLC ; Canonical Ltd. détient les droits sur Ubuntu® ; Software in the Public Interest, Inc. détient les droits sur Debian® ; Linus Torvalds détient les droits sur Linux® ; FreeBSD® est une marque déposée de la FreeBSD Foundation ; NetBSD® est une marque déposée de la Fondation NetBSD ; OpenBSD® est une marque déposée de Theo de Raadt. Oracle Corporation détient les droits sur Oracle®, MySQL® et MyRocks® ; Percona® est une marque déposée de Percona LLC ; MariaDB® est une marque déposée de MariaDB Corporation Ab ; REDIS® est une marque déposée de Redis Labs Ltd. F5 Networks, Inc. détient les droits sur NGINX® et NGINX Plus® ; Varnish® est une marque déposée de Varnish Software AB. Adobe Inc. détient les droits sur Magento® ; PrestaShop® est une marque déposée de PrestaShop SA ; OpenCart® est une marque déposée d'OpenCart Limited. Automattic Inc. détient les droits sur WordPress®, WooCommerce® et JetPack® ; Open Source Matters, Inc. détient les droits sur Joomla® ; Dries Buytaert détient les droits sur Drupal®. Amazon Web Services, Inc. détient les droits sur AWS® ; Google LLC détient les droits sur Google Cloud™ et Chrome™ ; Facebook, Inc. détient les droits sur Facebook® ; Microsoft Corporation détient les droits sur Microsoft®, Azure® et Internet Explorer® ; La Fondation Mozilla détient les droits sur Firefox®. Apache® est une marque déposée de The Apache Software Foundation ; PHP® est une marque déposée du groupe PHP. CloudFlare® est une marque déposée de Cloudflare, Inc. ; NETSCOUT® est une marque déposée de NETSCOUT Systems Inc. ; ElasticSearch®, LogStash® et Kibana® sont des marques déposées d'Elastic NV. Ce site n'est affilié, sponsorisé ou autrement associé à aucune des entités mentionnées ci-dessus et ne représente aucune de ces entités de quelque manière que ce soit. Tous les droits sur les marques et noms de produits mentionnés sont la propriété de leurs titulaires respectifs des droits d'auteur. Toutes les autres marques mentionnées appartiennent à leurs titulaires. MANAGED SERVER® est une marque déposée au niveau européen par MANAGED SERVER SRL Via Enzo Ferrari, 9 62012 Civitanova Marche (MC) Italie.

Retour en haut de page