La version Debian 12.3 a été abandonnée en raison de problèmes de noyau - 🏆 Serveur géré

BLOG

13 décembre 2023

La version Debian 12.3 a été abandonnée en raison de problèmes de noyau

Un correctif mal intégré provoquant une corruption des volumes ext4 est le coupable

Les responsables Debian ont identifié un problème dans le noyau 6.1 pouvant provoquer une corruption des volumes ext4. En conséquence, la sortie prévue de Debian 12.3 n'aura pas lieu.

Le problème est identifié comme bogue Debian n° 1057843, et a été évalué avec un niveau de gravité « grave » – pire que « grave » et juste un cran en dessous de « critique ».

Bogue Debian-1057843

 

Malheureusement, le problème a été identifié alors que le déploiement de Debian 12.3 sur les différents serveurs miroirs était déjà en cours. En conséquence, le déploiement de la version 12.3 a été annulé. Elle sera remplacée par la version 12.4.

Ce qui s'est passé est un peu compliqué. Au moment de la rédaction de cet article, il semble qu'un petit changement d'amélioration des performances effectué le 1er novembre ait été ramené à la version 6.1 à long terme du noyau. Jan Kara, développeur du noyau SUSE, a isolé le problème et l'a signalé à la liste de diffusion du noyau.

Il s'est avéré que le changement du 1er novembre nécessitait un autre changement différent, effectué le 10 juin, qui n'a pas été annulé. Avec le changement du 10 juin, le changement du 1er novembre est corrigé, ce n'est donc pas un bug en soi – il n'y a rien de mal à cela, à moins que le changement précédent n'ait été effectué.

Le problème semble affecter uniquement les versions 6.1.64 et 6.1.65 du noyau – il a été corrigé dans le noyau 6.1.66. Cependant, la version 6.1.66 a introduit un nouveau problème, également causé par le même type de problème : un correctif mineur a été rétroporté sans la modification préalable nécessaire.

Ce changement a été annulé le 11 décembre, ce qui a donné naissance au noyau 6.1.67, qui au moment de la rédaction, il s'agit de la version actuelle 6.1 et résout les deux problèmes.

Espérons que ce soit clair.

Ces problèmes de dépendance nous rappellent le mauvais vieux temps de Linux à la fin des années 90. À cette époque, les outils de gestion de packages tels que la commande RPM de Red Hat n'étaient pas assez intelligents pour suivre quand un package en nécessitait un autre et déterminer par eux-mêmes quels autres packages étaient nécessaires pour faire fonctionner quelque chose. L'installation de petits programmes – comme un éditeur de texte – peut impliquer de tracer manuellement toutes ses dépendances, de prendre des notes sur papier ou dans un fichier texte et de toutes les installer. Mais bien sûr, les dépendances peuvent avoir leurs propres dépendances, ce qui en fait un processus récursif. Vous devrez peut-être télécharger une douzaine de packages juste pour en faire fonctionner un.

Le bureau FOSS de Reg se souvient encore de la terreur provoquée par la mise à niveau de KDE 1.x vers KDE 2.x sur une première version de Red Hat Linux, qui nécessitait que plus de 200 packages soient identifiés manuellement, téléchargés individuellement et installés manuellement – ​​dans cet ordre, n'est-ce pas ? , bien sûr.

La première distribution à corriger cet horrible processus fut Debian en 1999, lorsque la version 2.1 « Slink » était livrée avec le nouvel Advanced Package Tool – ou apt – qui pouvait le faire automatiquement. Franchement, même si Debian était encore très intimidante à l'époque, elle a immédiatement acquis un énorme avantage technique sur Red Hat.

Red Hat a finalement adopté le gestionnaire de paquets yum de Yellow Dog Linux spécifiquement pour PowerPC et a retrouvé une sorte de parité. Nous pensons qu'il a peut-être été inclus dans Red Hat Linux 8 en 2002 – mais si c'est le cas, cela n'a pas été mentionné dans l'annonce de la sortie.

Il a fallu près d’une décennie pour que la résolution automatique des dépendances soit intégrée aux distributions Linux, et jusque-là, cela semblait être un problème extrêmement complexe. Il est peut-être temps pour quelqu'un d'inventer une sorte de mécanisme automatique de suivi et de résolution des dépendances pour les modifications du code du noyau Linux.

Vous avez des doutes ? Vous ne savez pas par où commencer ? Contactez-nous !

Nous avons toutes les réponses à vos questions pour vous aider à faire le bon choix.

Discute avec nous

Discutez directement avec notre support avant-vente.

0256569681

Contactez-nous par téléphone pendant les heures de bureau 9h30 - 19h30

Contactez-nous en ligne

Ouvrez une demande directement dans l'espace contact.

INFORMATIONS

Managed Server Srl est un acteur italien leader dans la fourniture de solutions système GNU/Linux avancées orientées vers la haute performance. Avec un modèle d'abonnement peu coûteux et prévisible, nous garantissons que nos clients ont accès à des technologies avancées en matière d'hébergement, de serveurs dédiés et de services cloud. En plus de cela, nous proposons des conseils système sur les systèmes Linux et une maintenance spécialisée en SGBD, sécurité informatique, Cloud et bien plus encore. Nous nous distinguons par notre expertise dans l'hébergement de CMS Open Source de premier plan tels que WordPress, WooCommerce, Drupal, Prestashop, Joomla, OpenCart et Magento, soutenus par un service d'assistance et de conseil de haut niveau adapté aux administrations publiques, aux PME et à toutes tailles.

Red Hat, Inc. détient les droits de Red Hat®, RHEL®, RedHat Linux® et CentOS® ; AlmaLinux™ est une marque commerciale d'AlmaLinux OS Foundation ; Rocky Linux® est une marque déposée de la Rocky Linux Foundation ; SUSE® est une marque déposée de SUSE LLC ; Canonical Ltd. détient les droits sur Ubuntu® ; Software in the Public Interest, Inc. détient les droits sur Debian® ; Linus Torvalds détient les droits sur Linux® ; FreeBSD® est une marque déposée de The FreeBSD Foundation ; NetBSD® est une marque déposée de la Fondation NetBSD ; OpenBSD® est une marque déposée de Theo de Raadt. Oracle Corporation détient les droits sur Oracle®, MySQL® et MyRocks® ; Percona® est une marque déposée de Percona LLC ; MariaDB® est une marque déposée de MariaDB Corporation Ab ; REDIS® est une marque déposée de Redis Labs Ltd. F5 Networks, Inc. détient les droits sur NGINX® et NGINX Plus® ; Varnish® est une marque déposée de Varnish Software AB. Adobe Inc. détient les droits sur Magento® ; PrestaShop® est une marque déposée de PrestaShop SA ; OpenCart® est une marque déposée d'OpenCart Limited. Automattic Inc. détient les droits sur WordPress®, WooCommerce® et JetPack® ; Open Source Matters, Inc. détient les droits sur Joomla® ; Dries Buytaert détient les droits sur Drupal®. Amazon Web Services, Inc. détient les droits sur AWS® ; Google LLC détient les droits sur Google Cloud™ et Chrome™ ; Microsoft Corporation détient les droits sur Microsoft®, Azure® et Internet Explorer® ; La Fondation Mozilla détient les droits sur Firefox®. Apache® est une marque déposée de The Apache Software Foundation ; PHP® est une marque déposée du groupe PHP. CloudFlare® est une marque déposée de Cloudflare, Inc. ; NETSCOUT® est une marque déposée de NETSCOUT Systems Inc. ; ElasticSearch®, LogStash® et Kibana® sont des marques déposées d'Elastic NV. Hetzner Online GmbH détient les droits sur Hetzner® ; OVHcloud est une marque déposée d'OVH Groupe SAS ; cPanel®, LLC détient les droits sur cPanel® ; Plesk® est une marque déposée de Plesk International GmbH ; Facebook, Inc. détient les droits sur Facebook®. Ce site n'est affilié, sponsorisé ou autrement associé à aucune des entités mentionnées ci-dessus et ne représente en aucune manière aucune de ces entités. Tous les droits sur les marques et noms de produits mentionnés sont la propriété de leurs titulaires respectifs des droits d'auteur. Toutes les autres marques mentionnées appartiennent à leurs titulaires. MANAGED SERVER® est une marque déposée au niveau européen par MANAGED SERVER SRL, Via Enzo Ferrari, 9, 62012 Civitanova Marche (MC), Italie.

Retour en haut de page