Juillet 26 2022

Les géants américains du cloud accusés de fausser la concurrence

Les acteurs de l'hébergement de données et des services en ligne dénoncent des pratiques jugées déloyales par les leaders du marché Amazon, Microsoft et Google.

Print Friendly, PDF & Email

Après les moteurs de recherche, la publicité en ligne ou les app stores, le cloud. Les acteurs du marché de l'hébergement et des services en ligne aux entreprises se mobilisent pour dénoncer les pratiques jugées anticoncurrentielles. En ligne de mire, les trois groupes américains Amazon, Microsoft et Google, qui détiennent 69 % du marché en Europe, selon la société Synergy Research Group. Les entreprises européennes ont doublé leur chiffre d'affaires en quatre ans mais leur part de marché est passée de 21% à 16%.

« Il y a un problème de concurrence dans le cloud », a déclaré le député MoDem Philippe Latombe. Jusqu'à présent, l'accent a été mis sur les marchés de consommation, mais ce thème est en hausse. L'Autorité de la concurrence a décidé d'examiner ce marché : elle va lancer une consultation publique  » avant l'été" et publiera un "opinion" début 2023, qui servira de base aux futures investigations. Aux États-Unis, un rapport parlementaire s'est déjà alarmé de "Des techniques qui bloquent les clients"Et Bruxelles a rendu publique, mi-mars, une plainte pour abus de position dominante déposée contre Microsoft par Ovh, le leader français de l'hébergement"Nous l'examinons", confirmons-nous à la Commission européenne.

Quelles sont les pratiques contestées ? « Microsoft s'appuie sur la position de force de sa suite bureautique Office 365 », a déclaré Michel Paulin, PDG d'OVH. Si nous voulons le revendre à nos clients, Microsoft nous propose une licence plus chère et techniquement plus contraignante que celle accordée aux acteurs qui vendent en parallèle ses services cloud. "C'est une forme de ventes liées », dénonce Thomas Fauré, PDG de Whaller, éditeur français de logiciels pour le travail collaboratif.

Ils font du dumping déguisé

Une autre utilisation jugée déloyale, "Crédits cloud gratuits"« Ces offres ont des montants et des durées qui empêchent toute concurrence et les utilisateurs sont in fine liés. C'est du dumping déguisé", rapporte Stéphanie Yon-Courtin, eurodéputée (Renew). Amazon (33 % du marché mondial du cloud, selon Synergy) propose aux start-up jusqu'à 100.000 95.566 $ (XNUMX XNUMX €) de crédits sur leurs services pendant un an, plus des logiciels. Dans un rapport, l'entreprise se réjouit d'avoir ainsi distribué "Des centaines de millions d'euros" en Europe et d'être prestataire de services pour 75% des quarante plus grandes start-up françaises.

Microsoft (20% de part de marché) a un programme similaire. Au départ moins généreux, Google (10 % du marché) a augmenté ses crédits en janvier à 200.000 XNUMX dollars en deux ans. Certaines startups atteindraient encore plus aux États-Unis, selon le Site Business Insider. « Nous n'avons pas les poches aussi profondes. Il y a une distorsion de concurrence", se plaint Yann Lechelle, patron de Scaleway (filiale de Free, fondée par Xavier Niel, actionnaire individuel de Le Monde). Cet hébergeur et éditeur de logiciels propose désormais aux start-up jusqu'à 36.000 XNUMX euros, mais "ne veut pas" monter jusqu'à 100.000 2020 euros, un chiffre sur lequel OVH s'est aligné, fin XNUMX.

"Les start-up sont très tentées par les crédits cloud", explique Maya Noël, directrice générale de l'association des jeunes entreprises du numérique France Numérique. Mais il y a le risque d'addiction, car il est alors difficile de changer de fournisseur. Digital France invoque donc l '' interopérabilité ", qui vous permet de passer d'un fournisseur de services à un autre. Amazon, Microsoft ou Google sont également accusés de fidéliser leurs clients grâce aux tarifs en uscita, ces frais facturés pour le transfert de données vers un autre hébergeur. Mi-2021, l'américain Cloudflare a accusé Amazon de facturer jusqu'à « 80 fois les frais de transfert réels ».Peu de temps après, ce dernier a fait passer les données transférables gratuites de 1 à 100 gigaoctets.

Le mot dumping vient de l'anglais "dump" qui signifie littéralement "télécharger". Il s'agit d'une pratique selon laquelle les grandes entreprises introduisent des produits sur le marché européen à un prix bien inférieur au prix du marché. Ce prix artificiel est dû à la présence de subventions de l'État aux entreprises du pays d'origine, ou à la surproduction d'un produit particulier par des entreprises qui vendent ces biens excédentaires à l'étranger.

Pourquoi le dumping est-il une mauvaise chose ?

 Le dumping est une forme de concurrence déloyale car les produits sont vendus à un prix qui ne reflète pas exactement le coût de production. Il est très difficile pour les entreprises européennes de rester compétitives dans ces conditions et dans le pire des cas, elles sont obligées de fermer et de licencier.

Dans le viseur des législateurs

Sous pression, Amazon se défend : « Les clients continuent d'utiliser nos services cloud pour la valeur, et non pour des contraintes techniques ou des coûts. " Nous sommes contre le blocus technologique », précise également Google, qui précise que "ça aide" clients de déplacer leurs données. Microsoft dément bloquer" le marché, tel qu'il se qualifie : « Tous les arguments du plainte [d'OVH] ils sont valides, mais certains le sont, et nous apporterons des modifications pour y remédier “, La société a affirmé al Financial Times.

Les grandes entreprises du cloud savent qu'elles sont ciblées par les législateurs. "Les obligations les empêcheront de retenir indûment des clients, par des moyens légaux ou techniques", explique-t-on à la Commission européenne. La future loi européenne sur les marchés numériques leur interdira de promouvoir leurs services et favorisera l'interopérabilité. La proposition bruxelloise de loi sur les données concernant les données industrielles prévoit de limiter les coûts de transfert sortant, donc de "Supprime-les", dans un délai de trois ans. Malgré cela, les acteurs français restent mobilisés et rêvent aussi d'un Buy European Tech Act, qui réserverait une partie du cloud public et des commandes numériques aux Européens.

Vous avez des doutes ? Vous ne savez pas par où commencer ? Contactez-nous


Nous avons toutes les réponses à vos questions pour vous aider à faire le bon choix.

Discute avec nous

Discutez directement avec notre support avant-vente.

0256569681

Contactez-nous par téléphone pendant les heures de bureau 9h30 - 19h30

Contactez-nous en ligne

Ouvrez une demande directement dans l'espace contact.

INFORMATIONS

ManagedServer.it est le premier fournisseur italien de solutions d'hébergement hautes performances. Notre modèle d'abonnement est abordable et prévisible, afin que les clients puissent accéder à nos technologies d'hébergement fiables, à nos serveurs dédiés et au cloud. ManagedServer.it offre également d'excellents services d'assistance et de conseil sur l'hébergement des principaux CMS Open Source tels que WordPress, WooCommerce, Drupal, Prestashop, Magento.

haut